×
Please select your Country
GLOBAL
    -~-~-~-
AMERICAS
    -~-~-~-
EUROPE
    -~-~-~-
    -~-~-~-
    -~-~-~-
ASIA PACIFIC
    -~-~-~-
MIDDLE EAST & AFRICA
    -~-~-~-

Savoir lire entre les lignes des Magic Quadrants de Gartner pour les suites CPM

Gartner vient de publier ses Magic Quadrants pour le Corporate Performance Management. Il ne fait aucun doute que ces rapports sont utiles pour tous ceux qui envisagent de choisir une solution de CPM. Or, pour tirer pleinement parti de ces informations, il convient de savoir « lire entre les lignes » des rapports et de comprendre ce que recouvrent véritablement les graphiques des Magic Quadrants.

Ce billet a pour objectif de vous fournir certains éléments de compréhension importants relatifs à ces rapports et de dissiper certaines idées fausses couramment répandues concernant leurs résultats. Pour obtenir d'autres informations générales, reportez-vous à notre tout récent e-book « Gartner Cloud CPM Magic Quadrants: Decoding Misconceptions and Maximizing Decision-Making Power. » Des liens vers la version intégrale des rapports seront également fournis à la fin de cet article.

2016 : comparer des choux et des carottes

En 2016, Gartner scindait son étude sur les suites CPM en deux rapports distincts. Un premier rapport était dédié au corporate performance management financier (FCPM) et un second était consacré au corporate performance management stratégique (SCPM). Ce changement visait à regrouper des solutions destinées aux mêmes cibles de clientèle afin d’en simplifier la comparaison. Au final, l’étude 2016 incluait un nombre bien supérieur de fournisseurs qui, pour plusieurs d’entre eux, proposaient des fonctionnalités spécifiques sans disposer nécessairement de capacités CPM étendues. Ainsi, alors que le Magic Quadrant 2015 de Gartner pour les suites CPM regroupait 17 fournisseurs, ils étaient 26 au total dans l’édition 2016. La décision de Gartner de distinguer les solutions de CPM stratégique des solutions de CPM financier permettait de ne plus comparer des choux et des carottes, mais rendait l’évaluation des solutions complètes de CPM encore plus stricte d’autrefois.

2017 : le cloud, le cloud et rien que le cloud

Les Magic Quadrants de Gartner ont connu un autre changement capital en 2017. Cette année-là, en effet, les rapports ne s’intéressaient qu’aux éditeurs CPM proposant des solutions cloud. De fait, des leaders traditionnels du secteur, tels que SAP, se retrouvaient exclus de l’étude, qui accordait une place prépondérante aux fournisseurs dits cloud-only. Ainsi, hormis Oracle, aucun des fournisseurs proposant des solutions de CPM cloud et on-premise ne figurait en tant que leader dans les Magic Quadrants CPM et TOUS les éditeurs cloud-only se voyaient attribuer le titre de leaders. Il est certain que la maturité, la sécurité, la scalabilité, la simplicité d’utilisation et les services cloud constituent tous des critères importants pour évaluer une solution de CPM cloud. Il ne faut pas supposer pour autant que tous les éditeurs cloud-only excellent dans l’ensemble de ces domaines. En effet, les données de Gartner relatives aux fonctionnalités essentielles de CPM (les CPM Critical Capabilities) montrent que les éditeurs cloud-only enregistrent souvent des résultats inférieurs à la moyenne dans des domaines tels que la facilité de déploiement, la simplicité d’utilisation et la satisfaction concernant le fournisseur.

Bannière large Magic Quadrant 2017

Le cloud sans compromis au programme

Chez CCH Tagetik, nous sommes incontestablement partisans de solutions déployées dans le cloud et la plupart de nos clients récents choisissent de tirer parti des avantages que procure ce type de déploiement. Mais nous savons également que certaines entreprises n’y sont pas encore prêtes, et ce pour de multiples raisons. Les hypothèses stratégiques adoptées par Gartner estiment que 60 % seulement du Top 1000 des entreprises et 25 % des organisations plus petites utiliseront des solutions cloud de FCPM à l’horizon 2020.

Si votre entreprise est prête à passer au cloud, lancez-vous dès à présent. Il n’existe aucune raison d'attendre. Si, en revanche, elle n’est pas prête, il y a tout lieu d’engager rapidement une modernisation de votre solution de CPM. Le passage à une solution on-premise plus moderne permettra d’obtenir des avantages significatifs. Méfiez-vous toutefois : certains éditeurs, et notamment SAP et Oracle, n’assurent plus la maintenance classique et les mises à jour de leurs solutions on-premise, alors même que leurs nouvelles solutions cloud n’ont pas encore atteint un niveau de richesse fonctionnelle et de scalabilité comparable. Si vous prévoyez de conserver une solution on-premise, assurez-vous que votre fournisseur dispose d’un roadmap clair et propose un processus de migration simple et non-disruptif vers le cloud. Il ne doit pas vous forcer la main et vous contraindre à engager cette mutation majeure. Si tel est le cas, passez votre chemin.

Des idées fausses couramment répandues

Les problématiques abordées ci-dessus sont autant d’exemples qui confirment la nécessité de savoir « lire entre les lignes » des rapports de Gartner. Pour vous aider à contextualiser les résultats de ces études, nous avons identifié huit idées fausses couramment répandues dans l’e-book que nous venons de publier. Je m’attacherai ici à deux d’entre elles.

Une première idée fausse est qu’il convient de ne considérer que les fournisseurs figurant dans le quadrant des leaders. Il est important de rappeler que Gartner prend en compte de nombreux critères pour évaluer les fournisseurs, dont certains n’ont aucune incidence sur la solution en tant que telle. C’est notamment le cas de la part de marché du fournisseur, de sa taille et de son taux de croissance.

Ainsi, un éditeur pourra être désigné leader simplement parce qu’il enregistre de bons résultats en termes de ventes ou de marketing. Certains leaders se distinguent dans un ou deux domaines de CPM, mais n’offrent que de faibles fonctionnalités dans d’autres domaines. Gartner indique en toute transparence que le fait qu’un fournisseur soit leader ne signifie pas nécessairement qu’il propose la meilleure solution. C’est la raison pour laquelle nous vous recommandons fortement d’identifier les fonctionnalités d’une solution qui vous sont ou seront indispensables, puis d’évaluer les fournisseurs en conséquence.

Il est également important de tenir compte de la complexité et de l’étendue des tâches que vous souhaitez accomplir. Certaines solutions sont en effet conçues pour traiter les besoins classiques des entreprises, mais ne sont pas à même de répondre à des exigences métiers plus complexes. D’autres solutions seront surdimensionnées pour une petite entreprise recherchant une solution à la va-vite. Les notations du Magic Quadrant n’offrent pas un moyen simple de différencier les fournisseurs situés de part et d'autre du spectre. Nous vous invitons donc à étudier soigneusement les points forts et les points faibles de chaque fournisseur, quel que soit son positionnement au sein du Magic Quadrant, puis à comparer ces informations aux exigences spécifiques de votre entreprise.



Vous souhaitez en savoir plus ?

Télécharger les Magic Quadrants CPM 2017 de Gartner

Télécharger l'eBook

 

Bannière Magic Quadrant 2017

Partager cet article​