IFRS 17 : Pas de panique !

Votre entreprise figure-t-elle parmi les millions de compagnies d’assurances à travers le monde qui se préparent à l’application de la nouvelle norme IFRS 17 relative aux contrats d’assurance ? Bienvenue au club !

Au terme d’années de débats et de consultations, l’IASB a finalement pris la décision d’améliorer (pour ne pas dire de remplacer) son ancienne norme IFRS 4, qui était « libérale », en intégrant des exigences sensiblement plus strictes.

IFRS 17 vise à améliorer la transparence du reporting et à fournir un cadre financier plus complet. Il s'agit là d’objectifs comparables à ceux fixés par IFRS 9 (instruments financiers) et IFRS 15 (reconnaissance du revenu). De plus, la nouvelle norme entend proposer une approche bien organisée permettant d’évaluer les contrats d’assurance en intégrant certaines subtilités particulières.

J’aborderai dans ce qui va suivre les plus importantes d’entre elles :

Concernant le bilan, IFRS 17 exige que tous les contrats soient inscrits à la reconnaissance initiale, puis soient soumis aux évaluations ultérieures comme la somme des éléments suivants :

  • les flux de trésorerie d’exécution, qui représentent les flux de trésorerie attendus en termes d’estimation des primes obtenues et des indemnités versées (ou tout flux de trésorerie supplémentaire estimé), sont dûment déduits aux taux actuels afin de fournir une présentation des flux de trésorerie futurs à la valeur actuelle. Les flux de trésorerie attendus sont ensuite « corrigés » par un ajustement pour risque, afin de refléter toute incertitude concernant le calendrier ou d’autres risques non financiers.
  • la marge contractuelle de service (CSM) représente le bénéfice non acquis reconnu pendant la période de couverture du contrat.

 

 Graphique IFRS 17 1

 

Concernant le compte de résultat, IFRS 17 propose les nouvelles directives suivantes :

  • Les revenus des contrats d’assurance ne doivent pas être confondus avec les revenus découlant des primes obtenues, mais doivent être davantage considérés comme le profit des services d’assurances fournis (notamment le dégagement de la CSM sur le bilan).
  • Les produits et charges financiers d’assurance doivent intégrer l’effet de la valeur temporelle de l'argent ainsi que l’effet des risques financiers.

 

Comme nous l’avons déjà mentionné, ces nouvelles exigences se traduisent pour les assureurs du monde entier par de multiples défis qu’il convient de relever grâce à une stratégie bien conçue associée à une solution technologique solide. Le tableau ci-dessous reprend la liste des principales difficultés auxquelles les compagnies d'assurance sont confrontées pour satisfaire IFRS 17 et montre comment CCH Tagetik répond à chacune d’elles :

 

Graphique IFRS 17 2

 

Ces nouvelles exigences IFRS 17 contraignent les directions financières à assurer une planification plus transparente et prospective, grâce à la collecte et à la préparation de données granulaires sur les contrats provenant de différentes sources, à l’application de nouveaux calculs, ainsi qu’au reporting et au disclosure des résultats finaux.

 

Êtes-vous toujours en phase d’évaluation des solutions IFRS 17 ?  Consultez le récent e-book et une démo de deux minutes.


Pourquoi IFRS 17 devrait-elle vous empêcher de dormir ? CCH Tagetik a pensé à tout pour vous !

 

Bannière IFRS 17

Partager cet article​